Eveil musical : Mini stage cet été !

Eveil musical en juillet..

Affiche Stage Eveil musicalVoici une info pour amuser vos enfants cet été ! Faites tourner, la réalisation du stage dépend du nombre d’inscrits !

Katia BERMAN et Hervé GRASSER dans le cadre de l’Association Tralalère organisent des stages d’éveil musical pour les tout petits de 0 à 3 ans et pour les 4 à 6 ans.

Dans le cadre de l’association Tralalère, Katia propose un mini stage d’éveil musical du 7 au 11 juillet 2014.

Pour les tout-petits ( de 0 à 3 ans inclus accompagnés d’un adulte)

Lundi 7 et jeudi 10 juillet de 10h à 11h

Pour les enfants de maternelle ( de 4 à 6 ans inclus)

Mardi 8, mercredi 9 et vendredi 11 juillet de 10h à 12h

Intervenants : Hervé Grasser (percussionniste, membre du groupe Prowpuscovic) et Katia Berman (chanteuse, chef de coeur et intervenante éveil musical).

Lieu : Les Bains Douches (1 rue, de l’école, quartier Battant à Besançon).

Tarifs : 5 € par séance pour les 0 à 3 ans et 45 € pour les 4 à 6 ans (dont les 3 séances son obligatoires).

Inscriptions obligatoires pour tous avant le 02 juillet 2014.

Vous pouvez contacter l’Association Tralalère avec le formulaire de contact ci-dessous ou par téléphone au 06.88.45.58.52.

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Coccinelle fête ses 10 ans !

Coccinelle a 10 ans et a bien l’intention de les fêter avec vous!

Vous pouvez vous joindre à nous lors de deux évènements.

Projection de Entre leurs mains

Projection_entre_leurs_mains

 

Le 20 juin à 20h, au FJT les oiseaux.

Venez voir ce superbe documentaire sur l’accouchement naturel et les sages-femmes qui le pratiquent.

Plus d’infos et inscriptions ici

 

 

Le 22 juin, une journée entière de festivités, pour petits et grands, dans la forêt de Chailluz!

C'est les 10 ans de Coccinelle !

 

Danse, maquillage, discussions entre parents, spectacle… Il y aura forcément quelque chose pour vous plaire!

Programme détaillé et inscriptions ici

 

 

 

Venez nombreux!

Journée de la non violence éducative : « Si j’aurais su, je serais né en Suède… »

La journée de la non violence éducative a fêté ses 10 ans !

Le mercredi 30 avril 2014, c’était les 10 ans de la journée de la non violence éducative.

A cette occasion, l’Association Coccinelle a eu la très grande joie de vous pouvoir vous présenter le film de Marion Cuerq, « Si j’aurais su, je serais né en Suède ! ».

Marion Cuerq, jeune française de 21 ans expatriée à Stockholm, a voulu montrer combien il est plaisant de grandir et de vivre en Suède.

Jeux_SuèdePour voir, revoir ou partager ce film, c’est par ici.

 Une autre interview de Marion Cuerq par .

Pour l’interview de Coccinelle c’est ci-dessous.

 

Echange_spectateurs_soiree_30_avril_2014Un partage entre parents a suivi cette projection de film. Merci à tous d’être venus si nombreux ! Et merci à Virginie Signori (psycho-praticienne) et à Max Gastinger (consultante en parentalité par Catherine Dumonteil-Kremer).

Certain(es) d’entre vous se posaient des questions sur la réalisation du film notamment sur son objectivité, J’ai donc posé quelques questions à Marion, l’auteure du film, suite à la projection de son film par Coccinelle.

Marion, certains spectateurs ont trouvé le film était un peu trop idyllique et se sont demandés s’il ne montrait que ce qui fonctionne. Que peux tu nous en dire ?

Oui, le film peut paraître idyllique pour un pays comme la France mais ici c’est bien comme ça que ça se passe, je n’ai rien romancé…

Le film présente la vie quotidienne, et elle fonctionne. C’est réellement comme cela que ça se passe ici, au quotidien. Oui c’est dingue quand on compare avec la France mais c’est bel et bien comme ça que la norme est ici. Le film se veut très réaliste, au plus proche de la réalité, c’est aussi pour ça que je l’ai fait en suédois et pas en anglais, je voulais montrer la vie suédoise, la vraie, pas la vie suédoise pour les touristes. Et de faire les interviews, les tournages, en suédois, ça donne une vision encore plus réaliste. »

Les enfants ont-ils tous une place en pré-école ? est ce accessible financièrement à tous les parents ?

Oui, tous les enfants ont une place en pré-école, et ce dès 1 an, et ce partout. Elles sont accessibles à tout le monde oui, et ce partout encore une fois, et si les parents n’ont pas les moyens de payer alors ils ne payent pas. C’est en fait un paiement à échelons, le max est de 130 euros par mois donc pour un couple avec un enfant dont le revenu est très élevé. Après le montant baisse en fonction du nombre d’enfants, et puis du revenu des parents. Les plus défavorisés, eux, ne payent pas.

Vraiment ici on ne se plaint pas du coût des pré-écoles, personne ! Ne payent que ceux qui peuvent payer. Les gens ne demandent pas moins d’impôts en Suède, mais plus ! Et pourtant c’est dans le top 3 des pays qui payent le plus d’impôts au monde, mais ici ça ne dérange pas, histoire de culture !

Existe t-il d’autres types de pré-écoles ?

Il y a des pré-écoles à pédagogie alternative aussi, Montessori etc. mais là j’ai choisi de présenter une pré-école « de base », avec une pédagogie dite traditionnelle pour montrer le fonctionnement traditionnel justement. Mais il peut y avoir toute sorte de pédagogie, les prix sont les mêmes bien sûr, et le programme, le « läroplan », lui ne diffère pas. Donc la base est la même pour tous, après les pédagogies peuvent se construire sur cette base commune.

C’est comme l’école un peu. Ici l’école (à partir de 7 ans) est gratuite, peu importe que ça soit public ou privé, Montessori ou traditionnel, c’est GRATUIT. L’état paye tout, les parents ne payent même pas la cantine, les fournitures, le bus…. tout est gratuit.

Pour conclure cet article, voici quelques témoignages de personnes présentes à cette soirée du 30 avril 2014. Merci !

Regarder un film tel que celui que nous avons partagé mercredi soir est  nourrissant, donne des pistes, des envies, des directions. En même temps, ainsi que le disait Gandhi : « C’est en vous que doit se réaliser le changement que vous désirez voir dans le monde ». Continuons à grandir,  avec nos contraintes, transformons les en opportunités, utilisons nos ressources, notre créativité,  les soutiens qui se présentent.

Virginie Signori Dontenville.

Le visionnage de ce film a été un choc pour moi. Stagiaire en psychologie scolaire, je suis aussi la mère d’un enfant ayant vécu une intégration traumatique à l’école l’ayant totalement désorganisé au niveau psychique. Forte de ce constat et de cette expérience, je mène des recherches en psychologie sur l’enjeu de la rencontre scolaire sur la construction identitaire de l’individu et je suis particulièrement intéressée par les sciences de l’éducation et les concepts novateurs en France et à l’étranger. Très en retard au niveau national, le remaniement conceptuel de l’école n’avance pas et je salue les initiatives privées (école Montessori à Besançon) et les gens courageux et actifs qui font connaître d’autres moyens non coercitifs d’enseigner aux enfants. Merci pour votre initiative et bravo à Coccinelle.

Agnès.

Premiers secours appliqués aux nourrissons

Prenez note que les informations données dans cet article sont à titre indicatif seulement et ne remplacent pas une formation en secourisme.

Vous pouvez contacter Franche-Comté Sauvetage Secourisme (page facebook ici) ou Formation Sécurité Pro (page facebook ici) pour être formé aux gestes de premiers secours. Tarifs préférentiels pour les adhérents de Coccinelle si groupe à 10 personnes.

Le message d’alerte

Quels numéros appeler et pourquoi ?

Appel pompiers 18Le numéro 18 de nos amis les pompiers est à composer en cas d’incendie ou d’inondation, pour une protection de biens ou de l’environnement.

 

Appel Samu 15Le numéro 15 est à composer lorsqu’il y a une victime. On peut les appeler pour avoir un avis médical.

 

Comment passer un message d’alerte efficace ?

  • On commence par dire son NOM, son PRÉNOM et son NUMÉRO de téléphone.
  • Ensuite, annoncer si nous sommes formés aux premiers secours ou pas. Ceci peut aiguiller fortement la personne au bout du fil, notamment s’il y a des premiers gestes à faire.
  • La raison de l’appel
  • Les risques éventuels : une personne présente qui se montre agressive par exemple ce qui va permettre d’envoyer une voiture de police en même temps que les secours qui risquent de ne pas intervenir s’il y a un danger pour eux.
  • L’adresse PRÉCISE : code postal, ville, quartier, rue (Eh oui indiquer le quartier est très utile, par exemple dans Besançon, il y a plusieurs rues semblables alors autant ne pas perdre de temps !)
  • Nombre de victimes (car une ambulance par victime) et leur description (sexe*, âge, conscient, etc…)
  • Gestes effectués
  • Répondre aux éventuelles questions
  • DEMANDER SI VOUS POUVEZ RACCROCHER

*Notion d’âges associés aux gestes de premiers secours : nourrisson de 0 à 1 an, enfant de 1 à 8 ans, adulte à partir de 8 ans

Petite info : Passer un message d’alerte efficace est d’autant plus important si nous nous trouvons sur une zone que notre opérateur ne couvre pas. Pour appeler pas de souci, si un autre opérateur couvre la zone,  on passe sur celui-ci. Par contre, les secours ne pourront pas nous joindre.

L’étouffement

L’étouffement est la première cause de décès du nourrisson, en particulier pour les 9 à 12 mois. Il survient lorsqu’’il y a obstruction des voies aériennes ou une allergie avec Œdème de Quincke. La principale cause, ici, est l’obstruction des voies aériennes (souvent un objet rond type pièce de monnaie).

Comment savoir si les voies sont totalement obstruées ?

L’enfant ne pleure pas, ne crie pas. Il n’émet plus de son. Il y a apparition d’une cyanose (coloration bleutée que prennent la peau et les muqueuses lorsque le sang s’appauvrit en oxygène).

Quels sont les gestes à faire ?

Les gestes préconisés sont 5 claques dans le dos en alternance avec 5 compressions thoraciques. On commence par les claques dans le dos.

Claques dans le dosOn met un doigt de chaque côté de la bouche du nourrisson pour maintenir la tête et la bouche ouverte. Puis, on installe le bébé à califourchon sur le bras, le bras en appui sur la jambe. La tête de l’enfant doit être plus basse que le reste de son corps pour qu’il ait le réflexe de cracher quand le corps étranger remonte. Ensuite, on utilise le talon de la main et on commence les claques entre les 2 omoplates. Le but est de créer des vibrations.

On sait si nos claques sont efficaces si le bébé crache, pleure, crie.

Si le corps étranger n’est pas ressorti, on passe aux compressions thoraciques. Pour cela, on met le bébé sur le dos, toujours tête plus basse que le corps en appui sur un bras posé sur notre jambe.

Compression abdominaleLes compressions s’effectuent sur la ligne médiane du thorax au niveau du sternum juste en dessous de la ligne inter-mamelonnaire. On vient se positionner avec 3 doigts, celui du haut sur la ligne inter-mamelonnaire. Il nous sert de repère, ensuite on l’enlève. Avec les deux doigts à la verticale, on comprime 1/3 de l’épaisseur du thorax. On fait maximum 5 compressions thoraciques.

Si l’objet ingéré n’est pas ressorti, on retente les claques dans le dos et ainsi de suite jusqu’à ce que le corps étranger ressorte ou jusqu’à ce que le bébé ne réagisse plus. Dans ce cas-là, on passe à de la réanimation.

Si l’objet est ressorti, on place le nourrisson en position demi-assise dans nos bras, on lui parle, on le rassure. Ensuite, on prend un avis médical.

Il se peut aussi que l’obstruction soit partielle, dans ce cas-là la victime peut tousser, parler un peu ou pleurer. Si l’obstruction est partielle, on voit si ça passe et dans le cas contraire on appelle le 15 pour avoir un avis médical.

Bébé est tombé ? Comment réagir ?

Une chute peut-être bénigne ou à l’inverse entraîner un traumatisme crânien. Celui-ci est plus fréquent chez les nourrissons car la tête est grosse et lourde par rapport au reste du corps.

Lorsque l’enfant pleure, crie immédiatement :

–          Vérifier qu’il bouge normalement ses membres

–          Votre enfant a-t-il un comportement inhabituel ?

–          Surveillez le pendant 36 heures (toutes les 3 heures la première nuit, pas obligé de le réveiller vous pouvez par exemple lui chatouiller un peu les pieds voire s’il réagit immédiatement ou non.

Si l’enfant pleure, crie immédiatement, ne vomit pas, n’a pas d’enflure ou de blessure et qu’il reste alerte. Il n’est pas forcément nécessaire d’aller voir un médecin.

Lorsque l’enfant a perdu connaissance :

–          Vérifiez la respiration pendant 10 secondes avec la technique JOY (Joue, Oreilles, Yeux) :

–          Je sens le souffle perçu sur ma joue

–          J’écoute les bruits respiratoires

–          Je vois le thorax et l’abdomen se lever et se baisser.

–          Appeler le 15.

Pour un saignement nasal sans traumatisme, penchez la tête de l’enfant vers l’avant pour faciliter l’écoulement, le moucher (pour éliminer les éventuels caillots) et appuyer avec son doigt sur la narine qui saigne pendant au moins 10 minutes. S’il y a saignement du nez suite à un traumatisme, penchez la tête de l’enfant vers l’avant pour faciliter l’écoulement et prenez un avis médical auprès du centre 15.

Mon bébé a de la fièvre…

Une fièvre peut être la conséquence d’un vaccin, d’un coup de chaud, d’une maladie. L’enfant est en hyperthermie lorsque sa température interne est supérieure à 38°C.

Comment savoir si bébé est fiévreux ?

Les signes sont des frissonnements, pâleur, rougeur, un comportement inhabituel (bébé grognon, pleure).

Que faire ?

On déshabille l’enfant, on peut lui appliquer un gant humide mais pas froid (1 à 2°C d’écart par rapport à sa température). Le gant est plus efficace et plus simple qu’un bain, car on peut plus facilement remouiller le gant que changer l’eau du bain.

On contrôle la température, on lui donne à boire pour une bonne réhydratation.

Pour toutes prises de médicament (même doliprane, paracétamol), on demande conseil à un médecin.

Que faire en cas de brûlure ?

Si la brûlure est plus grande que la moitié de la main de l’enfant, c’est une brulure grave.

Si c’est une brûlure « simple », on passe l’endroit concerné sous l’eau tiède jusqu’à disparition des douleurs.

De même pour la brûlure grave, on passe sous l’eau en attendant les secours.

Des nems pour l’école Montessori et le café des pratiques !

Des nems au café des pratiques…miam miam

Affiche Nems Ecole Montessori Café des pratiquesLe Collectif des Incroyables Comestibles Besançon organise un atelier de confection de nems pour soutenir conjointement le Café des Pratiques et l’Ecole Montessori de Besançon.

C’est ce samedi 17 mai à partir de 9 h au local du Café des Pratiques pour venir aider à rouler :-).

Sinon, vous pouvez juste venir acheter et manger ces délicieux nems vegan aux légumes. C’est 5 euros le lot de 5 nems faits maison et avec amour.

Pour faciliter cette action, pensez à passer vos commandes dès maintenant en contactant Linn-Linn ci-dessous.

le lieu de livraison est au café des pratiques le jour même à partir de 12h.

Vous pouvez payer d’avance votre réservation au café !

Merci pour votre soutien.

Pour contacter directement Linn-linn, c’est ici ! Par téléphone : 07 61 93 33 76 ou par mail avec le formulaire de contact ci-dessous :

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Atelier parentalité « Les limites »

« Les Limites »,

Peur d’un « enfant roi » !

Nous sommes ravies de vous faire partager la présentation de l’atelier sur « les limites » de Virginie Signori-Dontenville qui aura lieu le samedi 24 mai de 9 à 12h au Pôle Santé Luxembourg à Besançon. Il reste quelques places. Vous trouverez le téléphone et le mail de Virginie en bas de cet article.

Les petites bêtes à pois.

Aujourd’hui, parmi les causes d’anxiété, nous retrouvons la peur des parents de ne pas «rater » l’éducation de leur enfant, de ne pas « faire comme il faut ». Chacun connait cette pression, qu’elle vienne de soi, du conjoint, de la famille, de l’école, des amis, du commerçant, du passant que l’on croise dans la rue !

Et pourtant, les connaissances concernant les besoins des bébés, des enfants, n’ont jamais été si claires, développées !

Alors ?? Que se passe-t-il ? Comment répondre à ces besoins ? Quelles sont les responsabilités des parents ? Jusqu’ou ? Quelles limites ont du sens ? A quoi servent-elles ? A qui servent-elles ?

Des éléments sont à prendre en compte, à comprendre, à réaliser : ce qui se passe pour l’enfant, son développement, ses besoins et leurs places.
Pourquoi est-ce parfois si difficile ? Est-ce que chaque parent a les mêmes besoins ? Chaque enfant ? Cette notion de limite, qu’est-elle pour moi ? Avons-nous la même définition que l’autre parent ? que les autres adultes ? Quelle place la relation a-t-elle, ici ? Comment cela se joue-t-il dans la famille ?

A la lumière d’apports théoriques, des principes de la communication non violente, des expériences, des relations humaines je vous propose de nous retrouver le samedi 24 mai de 9h à de 12h, pour expérimenter, dire, écouter avec le cœur, entre nous, ces points, ces concepts ces ressentis si importants dans la construction de votre enfant, de votre « rôle » de parent, et dans la relation que vous développez ensemble.

Virginie Signori-Dontenville est psychopraticienne certifiée dans l’Approche Centrée sur la Personne initiée par Carl Rogers, elle exerce en cabinet, accompagne des groupes de parents, des enfants (thérapie par le jeu) et des adultes. Elle a suivi l’enseignement du Pr Rigaud sur les troubles du comportement alimentaire ainsi que les cours de maternologie clinique du Pr Delassus.

J’aime me définir comme « chercheuse avec ». Même si les envies, les objectifs dans l’accompagnement des enfants sont souvent communs, chaque parent, chaque enfant, chaque relation est unique. Cherchons ce qui est juste pour Vous pour prendre, au mieux, soin d’Eux.

Participation financière libre.

Inscription obligatoire en contactant directement Virginie au 06.80.89.80.03 ou avec le formulaire de contact ci-dessous (Virginie recevra directement votre message, Coccinelle n’est pas destinataire) :

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Peut-on survivre sans hormone de l’amour ?

L’ocytocine, hormone de l’amour est très importante dans divers processus liés à notre survie. Une interview de Michel Odent, l’accouchement n’est pas une maladie ainsi qu’une une conférence pour graines de vie (assez longue (1h36) et le son d’assez mauvaise qualité) sur le thème la naissance à l’ère du plastique m’ont donné envie de retranscrire les grandes idées de ce monsieur :-).

Portrait Michel OdentMichel ODENT est obstétricien, chirurgien, et auteur de publications scientifiques et divers ouvrages tel que Mon bébé est un mammifère.  

Voici l’interview de Michel Odent par Béatrice Solter sur RCF (25 minutes) à ne pas louper pour toutes les femmes enceintes. Un sujet pour tous ceux qui ont un intérêt pour l’avenir de l’humanité.

(suite…)

Café parents spécial carnaval 2014

Une rencontre en images et témoignages

Merci à vous tous pour ces jolis moments. Vous êtes de plus en plus nombreux à venir à nos cafés parents et nous en sommes ravies.

Alors, rendez-vous au prochain !

C’est avec un beau soleil que ce dimanche a commencé. Une pâte à beignet qui repose derrière la fenêtre, un Gabin excité de joie pour l’après midi qui s’annonce et une petite Lisa-Marie qui prend plein d’énergie dans son lit pour profiter comme les grands du carnaval de Coccinelle !! Un bon moment de partage avec Maude et Gabin pour couper et cuire les beignets, un repas vite fait pour vous préparer la salle et hop c’est parti !! (suite…)

Notre aventure avec les signes : Que du bonheur !

Ma première idée était de faire cet article en signes mais par internet ce n’est pas très pratique alors le voici en mots. 🙂

Notre histoire avec nos p’tits signent

Tout commence par un coup de fil d’une amie, une belle après-midi d’hiver, et par le partage d’info autour de la parentalité, moi toute nouvelle maman et elle, future maman. Elle avait eu connaissance des signes pour communiquer avec les enfants mais en Belgique. « Oh, c’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas ceci ici » m’entends-je encore dire au téléphone, pendant une douce promenade avec mon bébé en écharpe sous ma grosse polaire (pas du tout essoufflée, faut dire avec toutes ces montées et descentes de mon village, on se croirait dans les montagnes russes, hum hum je m’égare).

On parlait de quoi déjà ? Ah oui, la suite de l’aventure. Un jour, je vais à une consultation allaitement au CHU de Besançon et là, la sage-femme me donne un flyer sur l’association Coccinelle. Et que vois-je ? nan pas possible un atelier de signes ici à Besançon, c’est pas vrai ? Mé si mé si, roh calme toi enfin voyons…

Vous connaissez la suite… Je contacte donc Bénédicte Mourot de Nos P’tits Signent pour commencer un atelier de ce pas avec mon cher et tendre. (suite…)